Partagez l'article sur les réseaux sociaux

Yoka vs Duhaupas : Les pronostics de la rédactionLe 24/09/2020

Il était temps. 7 mois depuis le dernier choc chez les poids-lourds avec Tyson Fury et Deontay Wilder 2, on se retrouve avec un nouvel affrontement de haut niveau au sommet de la plus grande division. Plus encore, c’est un véritable choc franco-français, un peu moins d’un an depuis le combat entre Michel Soro et Cedric Vitu qui a véritablement fait du bien à une scène française qui, malgré les talents qu’elle comporte, souffre du manque d’affrontement entre ses meilleurs boxeurs. Ce vendredi 25 septembre, le dernier médaillé d’or aux Jeux Olympiques en poids lourds en date Tony Yoka (7-0, 6 KOs) affrontera Johan Duhaupas (38-5, 25 KOs), ancien champion de France et d’Europe et détenteur de la ceinture WBA International et WBC Silver.

Devenu l’image de la discipline pugilistique en France, Tony Yoka n’a jamais convaincu le grand public depuis son couronnement à Rio et son passage en professionnel. En cause, on lui reproche le manque d’adversité lors de ses oppositions, d’autant plus en main event, bien que ces oppositions aient le mérite de faire boxer d’autres noms français. Plus encore, un véritable désamour existe entre lui et le public.

 

Pourtant, c’est une ascension assez classique pour un grand espoir, voir même assez rapide. Il affronta Jonathan Rice dès son deuxième combat, un vétéran de près de 130 kilos qui a récemment emmené un autre grand prospect et machine à knockouts, Efe Ajagba, au bout des 10 rounds. Mais ses meilleures victoires restent celles par KO face à Dave Allen, boxeur membre du top 20-25 mondial, puis Alexander Dimitrenko et Michael Wallish.

 

Croiser les gants avec Johann Duhaupas pour un 8ème combat professionnel ne sera pas une mince affaire malgré ce qu’on peut lire sur la toile ces temps-ci.

En comparaison, Deontay Wilder a affronté le Normand pour son 35ème combat professionnel, et avait dû patienter jusqu’au 11ème round pour empocher la victoire non sans peine, un combat ou le Rocky de la Somme avait séduit le public américain par sa solidité et sa détermination.

 

Car Johann Duhaupas, c’est l’histoire d’un boxeur qui a hissé le drapeau tricolore face aux plus grands noms de la boxe mais qui n’a jamais reçu l’amour du public français comme il le méritait. Pas spécialement séduisant ni marketable, il passe l’entièreté de sa carrière assez proche de l’anonymat en France malgré des accomplissements qui font fierté. À 39 ans, ses meilleures années sont derrière lui, lui qui aura subi beaucoup de coups lors de ses opportunités mondiales, même si on se réjouit qu’il ait pu connaître la gloire au niveau international.

 

Après l’échec de la matérialisation d’un combat très attendu (mais qui n’aura jamais eu lieu) avec Carlos Takam, l’affrontement avec Tony Yoka représente certainement le dernier grand défi de sa carrière.

 

L’opportunité de détrôner l’enfant prodige (bien que décrié) de la nation, et laisser une empreinte indélébile dans la boxe dans la catégorie la plus suivie. Mais quel que soit l’issue du combat de vendredi, personne ne lui enlèvera le KO qu’il a infligé à Robert Helenius (autrefois un boxeur avec beaucoup d’attentes autour, pourrait bien être déclaré challenger numéro 1 de la ceinture WBA d’Anthony Joshua dans les prochaines semaines), qui aura subit le premier revers de sa carrière face Johann, devant son public à Helsinki.

 

Vendredi soir, le baroud d’honneur de Duhaupas pourrait être une occasion rêvée pour Tony Yoka de faire taire ses détracteurs.

les Pronostics

younes, rédacteur overhand

Le bilan professionnel de Tony Yoka n’est pourtant pas sans défaut. Si on fait le bilan près de 3 ans après ses grands débuts, c’est seulement 7 petits combats, soit une moyenne de 2 combats par an. En comparaison, Daniel Dubois s’apprête à effectuer son 16ème combat professionnel le mois prochain alors même qu’il effectué ses débuts 2 mois avant Tony Yoka. Cela s’explique également par une difficulté à sécuriser des combats (Raphaël Tronche, longues négociations avec Johann Duhaupas), ainsi que sa longue suspension à la suite de 3 absences lors de contrôle anti-dopage.

 

Mais si les amateurs de boxe et journalistes du monde entier considèrent Tony Yoka comme une menace dans cette division dans les années à venir, c’est parce qu’il possède un QI boxe et une technicité bien au-delà de la moyenne de la division, un background amateur qui l’a vu devenir champion du monde et champion olympique avec un record impressionnant de 60 victoires pour 12 défaites, des bras qui allient vitesse, précision et puissance ainsi qu’une excellente forme physique.

 

La question de sa puissance de bras a été répondu lorsque David Allen, son 5ème adversaire, a déclaré que Tony Yoka était surement le plus gros puncheur qu’il avait rencontré (il a pourtant eu l’occasion de partager le ring avec Luis Ortiz et Dillian Whyte par le passé) car il est capable de répéter des coups très puissants pendant 10 rounds sans diminuer la cadence.

Le dernier point en suspens reste sa défense et sa capacité à encaisser les coups, qui lui a fait défaut à deux reprises en amateur (on repense au gros KO infligé par Erislandy Savon, ou encore face à Ali Eren Demirezen). Jusque-là, aucun boxeur n’a été en mesure de lever (ou confirmer) les suspicions sur son menton. Mais Johann Duhaupas a déjà prouvé par le passé qu’il est également capable d’infliger des dégâts si l’occasion se présente, comme en témoigne les 25 knockouts qu’il présente dans sa carrière. C’est de cette manière qu’il a séduit le public finlandais, une terre où on l’a plus vu à l’œuvre qu’ici en France.

 

 

Ce qui est sûr, c’est qu’à l’issue de ce combat, on en saura plus sur le réel niveau de Tony Yoka et jusqu’où il pourra grimper. Une rapide victoire par KO/TKO contre un opposant de cette qualité fera certainement du bruit en Angleterre et aux Etats-Unis, où il est censé boxer à partir de sa prochaine date sous l’égide de Bob Arum et ESPN. Mais il n’est pas pour autant à l’abri d’une défaite face à un adversaire de qualité, aussi expérimenté que survolté, et qui aura à cœur de quitter la boxe par la grande porte dans le plus grand combat franco-français et ainsi connaître la gloire qui lui a échappé toute sa carrière.

 

Pronostic :

Tony Yoka par décision unanime des juges. On peut aisément se faire une idée de ce que proposera le champion olympique en titre, et j’attends de lui une première moitié de combat prudente, sur un rythme assez bas pour prendre la mesure de son opposant, d’autant plus que ce sera son premier combat en 12 rounds. Quant à Duhaupas, même si ses meilleurs jours sont loin derrière lorsqu’il boxait Wilder en prime time sur NBC, il sortira les meilleurs tours de son sac, notamment sa garde haute pour mettre une pression tout terrain, et chercher à faire baisser la garde de son opposant au fil des rounds. Tony Yoka devra rester vigilant et se déplacer intelligemment en le boxant sur la jambe arrière, mais il devrait empocher une victoire confortable.

shakeeb, rédacteur overhand

Quelle est ta scène préférée de Game Of Thrones ? Sans doute la charge désespérée et solitaire de Jon Snow face à l’armée des Ramsay. Cette offensive vouée à l’échec mais emplie de courage et de folie furieuse est à l’image de la carrière de Johann Duhaupas. Lorrsqu’il affronte l’invaincu et alors indétrônable Deontay Wilder, le Nordiste fait face au danger et résiste aux frappes dévastatrices de l’Américain. Sans genoux fléchir, il survit à 11 rounds et blesse son adversaire à l’œil avant d’être arrêter debout par l’arbitre. Quelques mois plus tard, le défi s’annonce également de taille : le géant scandinave Hellenius, aujourd’hui challenger pour la WBA, l’accueille chez lui à Helsinski. Dans un combat dantesque, le Français s’impose par KO au 6e round. Les challenge s’enchaînent et se ressemblent, lorsque les dopés Alexander Povetkin et Jarrell Miller se présentent face à lui. Habitué des missions impossibles, Johann Duhaupas aura une dernière occasion d’exposer ses ressources et son cœur.

 

Pourtant, le cœur et le courage pourrait ne pas suffire à rattraper l’écart technique qui le sépare de son adversaire du soir. Formé dans les rangs de l’INSEP aux côtés de John Dovi et Luis Mariano Gonzalez, Tony Yoka rejoint ensuite le camp de Virgil Hunter en Californie. Décidé à ne boxer qu’en France, ses promoteurs peinent à organiser des événements et à lui trouver des adversaires. Pourtant, la poignée de combats du Français laisse espérer un avenir brillant : un jab incisif, des déplacements précis et une défense imperméable lui permette de venir à bout de Dave Allen ou encore Michael Wallisch avant la limite. Une victoire face à son expérimenté compatriote pourrait marquer un tournant décisif dans sa carrière et lui ouvrir le chemin des sommets mondiaux.

 

Pronostic : Tony Yoka par arrêt de l’arbitre au 7e round.

Malgré la durabilité légendaire de Johann Duhaupas, les contres et jabs à répétitions du Champion Olympique devrait venir à bout de son adversaire. L’allonge de Yoka devrait également être une problématique de trop à gérer pour Johann Duhaupas.

Bruno Surace, Challenger officiel au titre de Champion de France des poids moyens

Tony Yoka est plus frais et plus affuté que son adversaire. Face à Wallisch ou Léonet, on l’a vu capable de transpercer des gardes pour toucher la cible. Ses poings sont des rasoirs ! De plus, il aura sans doute à coeur de briller, après une inactivité imposée par sa suspension, les blessures de ses différents adversaires potentiels, et la crise sanitaire.

 

Pronostic : Tony Yoka avant la limite.

Azziz Hallab, meilleur entraîneur de france 2018/2019

Tony Yoka devrait être au dessus techniquement. Avec un excellent jab, il aura la capacité de lire et analyser la boxe de son adversaire. Son coup d’oeil et son expérience lui permettront d’anticiper les ambitions de Duhaupas, et d’être impitoyable dans ses remises et ses contres. Duhaupas pourrait être rapidement débordé !

 

Pronostic : Tony Yoka avant la limite.

La victoire peut arriver très tôt dans le combat, mais Tony peut également prendre le temps de faire durer le plaisir.