Partagez l'article sur les réseaux sociaux

New Faces : Jared AndersonLe 22/03/2020

Dans une poignée d'année, ils seront les visages de la boxe. Découvrez les dès aujourd'hui dans notre série de portraits "New Faces".

Carte d'identité

Jared « Big Baby » Anderson

 

Né le 16 novembre 1999 (20 ans) à Toledo, Ohio, USA.

 

Réside à Toledo, Ohio, USA.

 

Poids Lourds

 

Droitier

 

Entraîneur : Darrie Riley (Toledo PAL Boxing)

 

Palmarès amateur :

  • Champion National 2017 et 2018
  • Champion Golden Gloves 2017
  • Champion National Jeunes 2016
  • Champion National Junior 2016

 

Passage en professionnel le 26 octobre 2019

 

Record Professionnel : 3-0, 3 KOs

Crédits photo : Mikey Williams

l'ascension d'un outsider

Nichée dans la région des Grands Lacs, entre Détroit et Cleveland, la municipalité de Toledo ne se distingue en rien d’une quelconque ville industrielle du nord des Etats-Unis. Pourtant, Toledo s’inscrit pleinement dans l’histoire du noble art et des Championnats du Monde de la catégorie reine des poids lourds. Le 4 juillet 1919, Jack Dempsey s’apprête à  y disputer son premier Championnat du Monde. Sur le ring de la Bay View Park Arena de Toledo, le tenant du titre et favori Jess Willard l’attend pour en découdre. Dempsey, plus petit et moins lourd que son adversaire, l’envoit sept fois au tapis dès le premier round et le pousse à l’abandon à l’appel de la 4e reprise.

Jared Anderson, 13 ans, observe une séance de sparring

Prêt de 90 ans après la victoire de Jack Dempsey, la mère d’une famille de Toledo, composée de 11 enfants, se rend dans le club de boxe local. Son fils Jared s’attire constamment des ennuis à l’école, et elle espère que la boxe pourra l’aider à améliorer son comportement.

 

S’il commence à boxer dès son plus jeune âge, Jared Anderson peine à s’imposer dans les compétitions Jeunes. Malgré quelques belles performances lors de tournois nationaux, il n’est classé que 7e sur 8 qualifiés lors de sa première participations aux Championnats Nationaux Elite en 2017. Dès son entrée dans la compétition, il s’impose face à Jesus Flores (tête de série n°2) puis Adrien Tillman (tête de série n°3) pour se qualifier en finale. Pour son dernier combat, il est opposé à Cam F. Awesome, cinqtuple tenant du titre. Anderson, tout juste âgé de 18 ans, s’impose pourtant et défit tous les pronostics ! L’année suivante, il revient et défend son titre avec brio.

 

« Personne ne s’attendait à ce que je sois là où je suis. J’étais un gamin obèse. Personne ne s’attendait à ce que je m’amincisse ou que je devienne aussi rapide. J’ai toujours été l’outsider. Ce n’est pas nouveau pour moi. Quand on est face à face sur le ring, c’est tout ce qui compte. »

La route semble alors toute tracée pour Anderson, qui ne cache pas ses ambitions. « Je ne deviendrai pro qu’après les Jeux olympiques (2020). Je veux gagner une médaille d’or, devenir pro et remporter le titre mondial des poids lourds, afin de pouvoir sortir ma mère de la misère. »

 

Mais les sirènes du monde professionnel sont trop fortes, et Anderson rejoint l’écurie Top Rank en septembre 2019. Depuis, Bob Arum lui donne l’opportunité d’exposer ses talents à trois reprises, et chacun de ses trois combats s’achèvent sur un dénouement identique : une victoire par KO au premier round.

sparring partner de stars

Quel est le point commun entre Tony Yoka, Efe Ajagba, Joseph Parker, Kubrat Pulev et Tyson Fury ? Un « Gros Bébé » de 19 ans, haut de 1m93 pour 106 kilos. Car, si Jared Anderson impressionne, c’est également pour ses prouesses lors des sessions de sparrings. A seulement 19 ans, le jeune Américain a déjà croisé le fer avec les meilleurs poids lourds de sa génération, et cette expérience accumulée pourrait l’aider dans son ascension vers les sommets mondiaux.

Lorsque Tyson Fury et son nouveau staff recherche un sparring partner pour préparer leur combat contre Deontay Wilder, c’est vers Jared Anderson qu’ils se tournent. Anderson profite alors de chaque occasion qui s’offre à lui pour approfondir ses connaissances. Car faire partie d’un camp d’entrainement, c’est côtoyer à longueur de journée ses partenaires et coachs qui ne sont jamais avares en conseils.

 

« Nous avions des sessions privés avec Sugarhill (l’entraîneur de Tyson Fury ndlr). Il nous prenait sur le côté et nous donnait des idées sur ce qu’il fallait faire. Il voulait stimuler tout le monde. C’était une expérience formidable ! »

 

Et la sélection d’Anderson en tant que sparring partner n’a pas été faite au hasard. Depuis son premier Tournoi Elite National, le natif de Toledo impressionne par la profondeur et la diversité de son arsenal technique. Son jab, sec et rapide, manque très rarement sa cible. Petit pour sa catégorie, son centre de gravité bas allié à des appuis explosifs lui permettent de jouer habilement avec les distances. 

 

« Pour réussir à me toucher, il faut une bonne dose de vitesse et de technique. C’est la raison qui a motivé leur choix de faire appel à moi. Je suis plus petit, plus compliqué à toucher. C’est ce qu’on s’est dit après la première séance de sparring : si Tyson sait comment me toucher, alors il n’aura aucun difficulté contre Wilder. »

 

Dernier point de sa palette, mais non des moindres : Jared Anderson est ambidextre. Son jab, aiguisé comme une lame et puissant comme un fusil d’assaut, est tout aussi efficace en garde de gaucher. Adrian Tillman est le premier à en faire les frais lorsqu’il affronte Anderson en Finale du Tournoi Elite. Anderson dispute les deux premières reprises en garde de droitier, avant de changer pour perturber son adversaire. Ses jabs du droit touchent alors Tillman à répétitions, forçant l’arbitre à le compter debout.

ImageJared Anderson aux côtés de la Team Fury

Jared Anderson n’en est qu’aux prémices de sa carrière professionnelle, et le chemin qui le sépare du sommet de sa catégorie est encore long. Sa taille (193 cm ndlr) pourrait un jour lui causer des ennuis dans une catégorie qui privilégie désormais les boxeurs dépassant les 2 mètres. A ses côtés, Bob Arum et J-Prince ne seront pas de trop pour le guider vers un avenir qui s’annonce prometteur.