Partagez l'article sur les réseaux sociaux

Billy Joe Saunders, l'heure de véritéLe 05/05/2021

Une fois n’est pas coutume, le Cinco de Mayo accueillera l’un des grands événements de l’année pugilistique avec l’unification des ceintures entre Saul Canelo Alvarez et Billy Joe Saunders. Grand outsider de cet affrontement, le natif de Hatfield garde malgré tout une cote importante chez les Britanniques. Pour cause : le premier véritable test grandeur nature pour un boxeur très sûr de ses capacités et qui n’a encore jamais subit de revers en carrière professionnelle après 30 combats. Malgré son solide pedigree de champion du monde en poids moyens et poids super-moyens, l’épreuve qui se présente à lui sera d’un tout autre niveau.

 

Après une série de 49 victoires en autant de combats amateurs, Billy Joe Saunders se qualifie pour les Jeux Olympiques de Beijing en 2008 en terminant à la troisième place du tournoi qualificatif. Malgré les espoirs qu’il représente pour une fédération qui peine à former des boxeurs capables de décrocher des médailles, son parcours se solda sur échec cuisant au second tour. Pire, il est suspendu dans la foulée suite à un comportement obscène lors d’un training camp en France. De quoi marquer le début des longues controverses qui entourent le Britannique.

Petit espoir devient grand

Passé professionnel en 2009, son ascension est rapide avec des victoires importantes sur Gary O’Sullivan puis John Ryder, avant de défendre avec succès sa ceinture de champion d’Angleterre face à Chris Eubank Jr suite à une opposition de style mémorable, chacun ayant eu de la réussite à des moments différents du combat. Cette victoire décisive lui permet d’obtenir le droit de choisir entre une finale mondiale face à Hassan N’Dam pour la ceinture IBF, où face au vainqueur de l’affrontement entre Peter Quillin et Andy Lee pour la ceinture WBO. Suivant la route de ce dernier, il devient champion du monde suite à une performance de haute volée face à l’Irlandais.

 

Alors au sommet et avec de très beaux combats à l’horizon, les choses se gâtent pour le Britannique. Des blessures et des combats constamment repoussés ralentissent sa progression. Saunders, de par sa personnalité et ses caractéristiques, se retrouve coincé dans un cercle vicieux : il a toutes les peines du monde à se motiver face à des boxeurs jugés moins fort que lui (en témoigne une horrible performance contre Akavov), mais n’arrive pas à sécuriser ces combats motivants à cause de son manque de régularité dans le même temps.  Bien qu’ayant en ligne de mire un affrontement avec les deux superstars de la division (Saul Alvarez, Gennady Golovkin), il refuse l’offre de Golden Boy de boxer en sous-carte du Mexicain face à son compatriote Liam Smith malgré la volonté des promoteurs de lui offrir ce mégafight dont il aspire, plus tard dans l’année 2017. Un temps présenti pour affronter Gennady Golovkin, ce dernier refuse de signer au dernier moment pour poursuivre un combat contre Canelo Alvarez. La chance s’éloigne une nouvelle fois.

Troisième force du plateau des poids moyens ?

Pourtant, on a bien cru que l’année 2018 serait la bonne. Après une victoire convaincante face à Willie Monroe Jr, Billy Joe Saunders signe la performance la plus fabuleuse de sa carrière face à David Lemieux. À l’extérieur au Québec, il signe 12 rounds de très haut niveau dans lequel il aura donné une leçon au boxeur Canadien, assumant pleinement son statut d’outsider. Plus important encore, il signe une prestation qui laisse envisager qu’il est parfaitement capable de regarder dans les yeux les deux superstars de la division.

 

Mais il manque une nouvelle fois de timing. Après le report de la revanche entre ces deux derniers, il se dirige vers un affrontement avec Martin Murray, puis abandonné pour poursuivre Demetrius Andrade. On pense enfin que Saunders a l’opportunité de montrer toute sa palette face à un adversaire à sa hauteur. Nouvelle déception lorsque le combat est annulé pour cause d’usage d’une substance interdite du Britannique. Ceinture déclarée vacante et retour au point de départ.

Crédits : TOM HOGAN - HOGANPHOTOS

Nouveau départ en super-moyens

Saunders est de nouveau absent loin des rings pendant plus d’un an avant d’effectuer son retour dans un combat en 8 rounds… au poids de 178 pounds ! (La limite des poids moyens étant de 160 pounds).

 

Grâce aux bonnes relations de Frank Warren avec la WBO, il obtient une chance mondiale face à Shefat Isufi suite à la montée en catégorie de Gilberto Ramirez. Une nouvelle relativement bonne performance face à un boxeur pas au niveau, et surtout, qui a réussi à faire trembler Saunders sur un joli contre. Pour la première fois de sa carrière, on a vu Billy Joe très proche d’aller au tapis.

 

Après un passage mouvementé en sous-carte de KSI-Logan Paul II face à Esteban Coceres dans un combat où il aura eu toutes les peines du monde à envoyer au sol son opposant, il combattra qu’une seule fois face à un Martin Murray qui pensait déjà à la retraite. Si on fait le bilan, aucun combat réellement significatif depuis 2017 et des controverses qui se multiplient. On pourrait s’amuser à additionner les multiples amendes qu’il a reçu au cours de sa carrière suite à des comportements détestables. Dernier en date, une vidéo lors du confinement où il montre comment « faire taire vos femmes » en frappant un punching-bag pour en faire la démonstration…

À 31 ans, Saunders tient enfin son combat référence contre l’étoile du sport, après avoir refusé une première fois en septembre dernier pour cause de manque de préparation. Plus affuté que jamais, le Britannique n’a plus d’excuses. C’est ce samedi 8 mai que l’on saura enfin si les attentes autour de lui depuis toutes ces années étaient réellement légitimes, où s’il n’a tout simplement pas le niveau requis pour passer l’étape suivante. Mais peu importe l’issue, la carrière de Billy Joe Saunders gardera éternellement un arrière-goût d’inachevé lorsqu’il a perdu le momentum de sa carrière quelque part en 2018.