Partagez l'article sur les réseaux sociaux

Canelo porte plainte contre son promoteur !Le 10/09/2020

Disparu des rings depuis le 2 novembre 2019, Saul Canelo Alvarez a décidé de se retourner contre son promoteur et son diffuseur. En cause, les différentes clauses du contrat liant le Champion du Monde des poids moyens à Golden Boy Promotions et DAZN. Face à un tribunal fédéral californien, Canelo réclamera 280 millions de dollars en dommages et intérêts.

Une inactivité au cœur du débat

Dans un document disponible en ligne de 24 pages, Saul Canelo Alvarez intente une poursuite pour les motifs de rupture de contrat, ingérence intentionnelle dans un contrat, ingérence négligente dans un contrat, fraude et violation de l’obligation fiduciaire lié au contrat signé entre Canelo, Golden Boy Promotions et DAZN en 2018.

 

Ce contrat, présenté alors comme l’un des plus lucratifs de l’histoire du sport, devait permettre au Mexicain de boxer 11 fois en 5 ans pour une somme total de 365 millions de dollars. Les dates des fêtes nationales mexicaines du premier week-end de mai et du deuxième week-end de septembre auraient été retenu dans le contrat comme préférentiels pour les combats en question.

« Malgré les succès d’Alvarez, DAZN et Golden Boy ont tous deux rompu les promesses qu’ils s’étaient faites l’un à l’autre, à Alvarez et aux fans de boxe », a déclaré le recours en justice. « Ce faisant, les défendeurs ont violé leurs contrats respectifs et ont causé à Alvarez des dommages et intérêts d’au moins 280 millions de dollars. »

 

Le recours demande également des dommages punitifs, des honoraires d’avocats, les coûts du procès et « une détermination judiciaire qu’il est éligible pour participer à des combats organisés et promus par des entités autres que Golden Boy Promotions et diffusés par des entités autres que DAZN ».

 

En cas de victoire devant les tribunaux, Saul Alvarez aurait l’opportunité de boxer pour d’autres promoteurs… Ou de promouvoir lui-même ses combats, à l’image de son aîné Floyd Mayweather ou de son rival Gennadiy Golovkin.

Canelo et Oscar De La Hoya
Canelo et son promoteur Oscar De La Hoya

« Je suis le numéro un mondial, livre pour livre. Je n’ai peur d’aucun adversaire sur le ring, et je ne vais pas laisser les échecs de mon diffuseur ou de mes promoteurs me tenir à l’écart du ring », a déclaré Alvarez dans une déclaration à BoxingScene. « J’ai intenté un procès pour pouvoir retourner à la boxe et donner à mes fans le spectacle qu’ils méritent ».

La faute au COVID-19 ?

Depuis sa signature aux côtés de DAZN, Saul Alvarez a remporté des victoires de marques en s’imposant face à Daniel Jacobs par décision unanime avant de monter en catégorie pour passer un KO à Sergey Kovalev en novembre 2019. Les accords conclus pour l’année 2020 prévoyait un premier combat en mai face à Callum Smith ou Billy Joe Saunders, avant d’effectuer un troisième combat contre Golovkin en septembre.

L’arrivée du COVID-19 et du confinement ayant mis un coup d’arrêt à l’activité pugilistique, les accords précedemment passés se sont retrouvés caduques. Malgré un retour de la boxe à partir du mois de juin, les fans sont toujours sans nouvelles d’un potentiel combat de la star mexicaine.

 

Si DAZN est prêt à accepter différents adversaires (Callum Smith ou Billy Joe Saunders) pour le retour de Canelo, la paye garantie de 36 millions de dollars par combats ne sera pas au rendez-vous. Prétextant d’une chute des revenues suite à la crise sanitaire, les diffuseurs réclament une réduction de moitié du salaire de Canelo. Afin d’obtenir la somme promise, Alvarez devrait acceptée de rencontrer « un adversaire premium tel que Golovkin, Jorge Masvidal ou Khabib Nurmagomedov ».

 

S’il est prêt à un effort financier malgré son contrat en place, la somme et les adversaires proposés par DAZN ne satisfait pas le clan d’Alvarez. Incapables de proposer un combat viable au meilleur boxeur de son époque, Golden Boy Promotions et DAZN devront donc justifier ces échecs devant les tribunaux.